English Español

AccueilHistoriqueVisitesLiensContact
Histoire

Famille



Thomas Breen est le fils de Maria Jane Ramsden et de John Breen. C'est dans un orphelinat d'Angleterre qu'il passe son enfance. À douze ans, trop vieux pour continuer d'y demeurer, il est adopté par un couple du Canada. Au bout de son long périple, personne pour l'accueillir. Le chef de gare d'Acton Vale, M. Aurèle Talbot, prendra en charge ce jeune anglais. C'est à St-Eusèbe de Stanfold qu'il poursuit sa vie chez les parents de Aurèle Talbot.

En 1908, il épousera à Princeville, Eugénie, la fille cadette de la famille Talbot. Ils auront 9 enfants. Avant son arrivée à St-Bruno-de-Guigues, Thomas possédait une boutique de forge à Stanfold. Nous pourrons constater que le parcours de vie de Thomas dénotera ce goût d'aller d'aventure en aventure, dans le domaine des affaires, puisqu'il exploitera plusieurs commerces; usine de boîtes à fromage, boutique de forge, moulin à scie, vendeur de machineries aratoires et aussi, propriétaire d'un chantier de bûcherons.

En bref, voici un aperçu du passage de cette famille qui compte très peu de sujets au Canada. Elle laissa sa marque, d'une façon certaine, dans notre patelin. Le parcours de vie de cet orphelin, Thomas Breen, nous donne à penser. Sa ténacité, son courage pour devenir ce qu'il fut, malgré les embûches sur sa route, sont un exemple de persévérance et de foi en l'avenir.

Architecture


La maison de la famille Breen construite, il y a maintenant 100 ans et quelques poussières, n'a rien à envier aux constructions d'aujourd'hui. Le souci du détail et du bien fait était au rendez-vous. La maison Breen est une authentique " maison Édouardienne ". Elles sont moins exubérantes que les maisons victoriennes, puisqu'elles sont plus classiques autant dans le choix des composantes architecturales que dans la sélection des ornements. Quand on parle " d'édouardien ", ce n'est pas d'un style de maison qu'il s'agit, mais plutôt d'un type de maison à une époque bien précise. On associe généralement l'époque édouardienne à la montée de la classe moyenne, et à la place importante occupée par les " nouveaux riches ".

Pourquoi ce choix dans une région de colonisation? Tout simplement en y regardant de près, nous pouvons déceler, dans l'architecture de la résidence familiale, un sentiment d'appartenance de Thomas envers ses origines anglaises et sa famille d'adoption. Thomas fait appel à l'architecte réputé, Louis Caron, senior. Celui-ci conçoit plusieurs édifices de la région d'Arthabaska, dont la résidence de sir Wilfrid Laurier, premier ministre du Canada, avec laquelle nous pouvons retrouver plusieurs similarités. Les éléments clés de la résidence du domaine Breen, liés à son intérêt architectural, comprennent, notamment:



Éléments caractéristiques extérieurs





  • Une maison à deux étages recouverte d'un parement original en déclin de cèdre.
  • La maison possède des ornements en bois travaillé qui se retrouvent sur le tambour, les corniches et les dessus de fenêtres, comme les corniches à console et à denticules.
  • Un toit en fausse mansarde qui camoufle une toiture plate. Il est recouvert de tôle en plaques embossées, aussi dite gaufrées.
  • Les ouvertures du toit en arc cintré rehaussent l'apparence du toit en mansarde.
  • La résidence repose sur un " solage " d'une épaisseur de deux pieds et fabriqué à partir de ciment et de pierre.
  • Du côté sud, une fenêtre en saillie " bow-window " contribuera à donner à la pièce attenante un éclairage ensoleillé.
  • Les fenêtres originales à battants se retrouvent sur toutes les façades de la résidence et sont agrémentées de verre coloré dans les tons de bleus et de rouges. Elles sont par groupe de quatre et forment un tout. Chacune d'elles sera surmontée d'ornements dentelés en bois.
  • L'entrée principale comprend deux portes en bois, vitrée à double vantail, surmontée d'une imposte vitrée. Elle est soustraite au regard du passant par un tambour en bois, muni de quatre façades vitrées qui tient lieu de support à un balcon orné d'un garde-corps fait de balustres tournés.
  • Une galerie ceinture la résidence sur deux côtés et son garde-corps s'orne de balustres tournés avec un motif de gland (le chêne est l'arbre qui prédomine dans les jardins).
  • L'annexe dont le plan rectangulaire à un étage muni d'un toit en appentis.







Éléments caractéristiques intérieurs



  • Le hall d'entrée et son escalier monumental accueille le visiteur, et donne le coup d'envoi sur l'architecture particulière du bâtiment et nous démontre le souci du détail du propriétaire.
  • La répartition des pièces est un peu inusitée puisque nous pouvons aller d'une à l'autre sans utiliser un passage longitudinal.
  • Toutes les pièces ont des plafonds recouverts de tôle embossée, produit novateur à cette époque.
  • Les planchers sont pour la plupart en bois franc.
  • Toutes les boiseries intérieures faites de bois de colombie " sapin douglas ou BC Fir " constituent alors des nouveautés au pays.
  • Les murs sont recouverts de panneaux de carton fibre encadré de languettes moulurées en bois.




La demeure de Thomas Breen est représentative de sa détermination. Elle surmonte le temps, bien enracinée malgré le tourbillon des saisons. Cette maison sise au cœur du village de St-Bruno-de-Guigues, avec son architecture particulière pour notre région, est le premier clin d'œil sur une richesse patrimoniale à découvrir. En posant le pied sur l'allée en pierre, c'est une famille qui vous accueille, son histoire, ses racines, autant familiales que sociales, et qui, somme toute, nous rejoint dans notre vécu. Venez à Guigues, et c'est avec grand plaisir que nous vous attendons afin de se parler de ce que jadis était...

Meubles


Le Domaine Breen est un bien patrimonial unique et authentique par sa diversité dans son contenu. Ce n'est pas qu'une richesse architecturale, mais aussi une richesse familiale, une richesse en biens mobiliers et documentaires. La famille contribuera, par sa participation, à donner aux visiteurs un sentiment d'appartenance puisqu'en parcourant les lieux, nous pouvons nous imprégner de l'importance des liens familiaux, et aussi l'importance de posséder en quelque part un port d'attache. Que ce soit l'histoire de la famille Breen, les meubles, la documentation, les cadres originaux de la famille, vous pourrez apprécier l'importance, dans une vie, de nos origines, de notre descendance quelle qu'elle soit.

Mobilier de chambre des maîtres


Ce mobilier est de style Eastlake et date des années 1880. Conformément au mobilier de chambre victorien, il compte trois éléments : le lit, la commode à miroir et le lave-mains (aussi appelé " chiffonnier "). Ce mobilier est plaqué à 90%; ce qui en fait un ensemble stylé et très riche. La structure est faite d'acajou et de merisier. Le laminage est fait en grande partie de merisier nature et les placages sont faits de ronces d'acajou. Les sculptures et les appliqués sont faits d'acajou africain (sapelli). Ces meubles sont d'une belle confection et de qualité supérieure.

Lit complet, chiffonnier, commode.
Bois : Acajou. Les parties peu apparentes sont en merisier et orme.
Appliques sculptées : acajou et merisier
Placage : ronces d'acajou et placage mixte
Structure du mobilier : laminage de merisier et d'acajou
Couleur : teinture mi-acajou-brun, mi-cerisier-européen
Finition : vernis à l'huile légèrement coloré et lustré
Quincaillerie : laiton poli patiné original
Dessus de chiffonnier et commode : marbre blanc
Miroir biseauté


Phonographe


Modèle Viva-Tonal de la compagnie Columbia Gramophone Co. Inc. New York (1925)
Cette luxueuse pièce de mobilier ne se retrouve que dans les maisons bourgeoises. Le phonographe est en soi un objet de petite dimension. Il est ici intégré à une pièce de mobilier raffinée et de grande dimension.

Fabrication de qualité; un très beau mariage de placage d'acajou, placage mixte, ronce, veiné et petite *loupe décorative. Caisson très épuré et décoré de façon très sobre. Quelques petites appliques décoratives, insertions de bois exotique et à l'intérieur petit découpage décoratif fait de merisier.

Bois : acajou, merisier
Placage : loupe d'acajou, acajou frisé
Structure : laminage de merisier
Découpé intérieur : placage de merisier
Couleur : rouge-acajou très foncé
Finition : vernis à l'huile très lustré et légèrement coloré
Appliqués : film laminé de peinture à l'huile





Console téléphonique


Cette console est l'un des premiers systèmes téléphoniques qui permit aux propriétaires d'appareil téléphonique de communiquer entre eux et il est connu sous l'appellation " standard téléphonique ".
Fabrication de chêne quartier solide.
Construction originale, il date des années 1920

Bois : chêne quartier (maillé ou zébré)
Couleur : chêne-doré
Finition : vernis à gomme laque ambré, très brillant









Jardins


La valeur patrimoniale du Domaine Breen repose en outre sur son intérêt paysager. La restauration des jardins a été réalisée sous le signe de la continuité et de l'authenticité. Dans la cour, les jardins d'Éva regorgent d'arbres, de fleurs et de plantes d'une multitude de variétés. Au printemps, les immenses pommiers en fleurs et le jardin de tulipes font le plaisir des yeux. Les chênes majestueux apportent un cachet, un style et une sérénité à l'endroit. Cette symphonie de couleurs et de fragrances, ajoute à sa façon, de la magie à ces jardins que les gens auront plaisir à visiter.
Les éléments clés du site liés à l'intérêt paysager comprennent notamment :

Ses jardins composés de plusieurs variétés d'arbres de fleurs, de plantes et d'arbres fruitiers :

  • Plus de 20 espèces d'arbres et arbustes entre autres ses grands chênes centenaires
  • Plus de 2000 plantes vivaces
  • Plus de 1800 bulbes de jonquilles et tulipes recueillis sur le terrain pour en faire un jardin printanier magnifique
  • Ses sentiers faits en pierres plates en devanture
  • Sa couche chaude et son jardin potager